Contenu du blog

Documents numériques : méthodes de conception et d'évaluation, Ergonomie Web, Architecture de l'information, Mise en forme matérielle, Navigation, Microcontenus

samedi 12 janvier 2008

Escamot ou fenêtre de remplacement : Stark 1990b

Stark a étudié l’affichage d’informations complémentaires en fenêtre de remplacement afin de comparer l’effet de ce dispositif à un escamot [1].

Dans le cas de la fenêtre de remplacement, le texte principal se trouve complètement masqué par l’affichage de l’information complémentaire. Par contre les escamots apparaissent dans un angle de la fenêtre principale sans masquer le texte présent dans cette dernière.












Version escamot à gauche et fenêtre de remplacement à droite


La tâche était identique a l’expérience de recherche d'un bien immobilier [Voir Stark 90a]. Les sujets devaient choisir des propriétés immobilières dans un ensemble de descriptions en fonction des requêtes des clients. Les escamots et les fenêtres de remplacement étaient réservées à l’affichage d’éléments nouveaux de la description. L’hypothèse formulée était la suivante : Les escamots conservent le contexte visuel, ce qui peut réduire la distance perceptive entre l’information complémentaire et principale, et donc inciter le lecteur à la consulter plus volontiers par rapport aux fenêtres de remplacement.

En fait les temps de consultation ne varient guère dans les deux conditions mais l’attention est partagée différemment. Les sujets du groupe escamot affichent plus longtemps les nouveaux détails que les sujets du groupe « fenêtres de remplacement ». Les sujets du groupe « fenêtres de remplacement » prennent plus de temps entre la fenêtre de remplacement et la fenêtre principale pour juger de la pertinence de la nouvelle information. Par ailleurs, avec les fenêtres de remplacement, les sujets reviennent plus souvent aux demandes du client (ils ont tendance à les oublier en fin d’expérience). Ceci est renforcé par les témoignages des sujets du groupe « fenêtres de remplacement » qui se plaignent de ne pas être capables de se souvenir des demandes des clients. Ceci suggère que dans ce type de tâches, les fenêtres de remplacement créent une charge cognitive supplémentaire par rapport aux escamots.

[1] Stark H.-A. (1990b) What do readers do to pop-ups, and pop-ups do to readers in Hypertext : State of the Art, ed. by R. McAleese & C. Green, Intellect, Oxford, 1990, p. 2-9.

Aucun commentaire: